Oxymoron

Archives :

octobre 2012

OXYMORON Éditions sera à la Fête du Livre en Herbes de Prades

79741201_o.jpg

OXYMORON Éditions enchaîne les salons en cette rentrée.

Après le "Festival du livre et des éditeurs" de Céret et les "Vendanges Littéraires" de Rivesaltes, nous serons au "Salon du Livre en Herbes" de Prades ce dimanche 21 Octobre 2012 en attendant le "Festival du Livre" de Cabestany auquel, il semblerait, nous ne participerons pas, l'organisatrice du salon nous boudant et nous snobant sans raison.

Ce sera la première participation de la maison d'édition à cette récente manifestation, puisque ce sera, cette année, la 5ème édition.

Comme pour chaque manifestation, OXYMORON Éditions sera représenté par son auteur fétiche, KAMASH, ainsi que par Canelle, collaboratrice, correctrice et conseillère littéraire.

Vous pourrez ainsi découvrir, si ce n'est déjà fait, "Chaîne de vies", un recueil de nouvelles de Kamash et, surtout, la maintenant fameuse saga "Wan & Ted" composée de trois opus déjà publiés et d'un quatrième en cours d'écriture.

Ainsi, si vous aimez découvrir de nouveaux auteurs et si vous voulez découvrir une saga de romans policiers décalés, n'hésitez pas à vous rendre à Prades, dans le Parc de l'Hotel de Ville, château de Pams, de 10h00 à 18h00 (repli au Complexe sportif, plaine Saint-Martin, en cas de mauvais temps).

Mais soyons optimiste et espérons que le temps sera de la partie, contrairement aux "Vendanges Littéraires de Rivesaltes 2012", et que les visiteurs seront nombreux et nombreuses.

Catalogu

Pour plus de renseignements sur la manifestation, vous pouvez vous rendre sur le blog de "Livres en Herbe de Prades".

N'hésitez donc pas à venir nous voir sur notre stand afin de soutenir notre désir de proposer une littérature décalée de qualité, des romans policiers sortant des rails du polar à l'américaine, bref, pour soutenir à la fois un petit éditeur et la pluralité culturelle dans le département.

A dimanche !


Compte rendu des Vendanges Littéraires de Rivesaltes 2012

79677931_o.jpg

Le ciel n'aime pas les livres, qu'on se le dise.

Après une semaine maussade mais pas désagréable pour autant, le ciel nous pleurait dessus dès la veille au soir des Vendanges Littéraires de Rivesaltes, laissant fortement présager que la manifestation, au lieu de se dérouler en plein air au centre ville, aurait lieu à l'écart, à l'abri des Dômes, ces bâtiments accueillant la piscine couverte mais également une grande salle de conférence et un grand hall sur deux étages.

Samedi matin, au réveil, le ciel était très triste et nous inondait de ses fortes larmes. Le déluge n'était pas loin au moment du départ et les rues charriaient des litres et des litres d'eau. Arrivés aux Dômes, la pluie ne facilitait pas le déchargement des cartons de livres ni du matériel et c'est totalement trempés que l'on installait notre stand.

La salle avait donc été réservée aux conférences, notamment celle de Michel Onfray, les éditeurs se retrouvant disséminés dans le hall d'entrée.

Les plus chanceux d'entre nous (c'est-à-dire, jamais nous), se retrouvaient, par tirage au sort, en bas, les autres (c'est-à-dire nous et quelques confrères), nous retrouvions en haut. Là encore, les malchanceux n'étaient pas tous logés à la même enseigne, il y avait ceux qui étaient les mieux placés des moins bien placés et les autres, les moins bien placés des moins bien placés (c'est-à-dire, encore nous).

Nous étions situés au dernier stand dans le sens de circulation des visiteurs et, forcément, la plupart des badauds avaient déjà vidé leurs porte-monnaies avant d'arriver chez nous.

Michel Onfray faisait, apparemment recette, avec deux stands de la Librairie Torcatis destinés uniquement à ses livres et, au vu du nombre de visiteurs tenant à la main un sac plastique au nom de la librairie, il y a fort à parier que ses livres sont partis comme des petits pains.

Les gens se déplaçant principalement pour les auteurs renommés, forcément, pour nous, petits auteurs, il ne nous restait que les plus passionnés et désireux de découvrir d'autres talents.

Les Vendanges Littéraires ont été, pour moi, l'occasion d'améliorer mon discours de présentation de mes livres. Effectivement, la Fête du Livre et des Éditeurs de Céret a été un réel déclic qui m'a permis de me libérer de ma timidité naturelle et de mon désir de ne pas déranger les gens.

Car, pour vendre un livre, il faut l'écrire, mais ensuite, il faut parler, beaucoup parler.

Jusqu'à présent, ce n'était point les arguments qui me manquaient pour vanter les qualités de la saga des "Wan & Ted", mais plutôt l'assurance que l'on peut influer sur la vente d'un livre en captivant le passant.

Car, effectivement, une personne peut avoir un coup de coeur et acheter un livre sans que l'on intervienne (c'est surtout vrai pour les auteurs les plus connus) mais la plupart des badauds demandent à être convaincus.

79677814_o.jpg

C'est désormais chose faite et mon discours se rode de jour en jour, d'évènement en évènement.

Nous ne pouvons alors que regretter le mauvais temps qui nous a coupé d'une partie du public et le mauvais placement qui nous a privé d'un réel potentiel.

Pour autant, le week end a été plutôt productif et, si les ventes n'ont pas été faramineuses, elles ont été encourageantes et c'est déjà pas mal.

La journée la plus productive fût, sans conteste, le samedi après-midi, la présence de Michel Onfray nous faisant bénéficier, avant son apparition, d'une foule de curieux.

Pourtant, il fallait faire très vite pour captiver le lecteur car, à partir du moment où Onfray est apparu dans la salle de conférence, les stands ont été complètement désertés et ce, jusqu'au bout, le philosophe monopolisant l'attention jusqu'après 19h00.

Cependant, avant cela, les visiteurs sont tout de même venus jusqu'à nous, m'écoutant souvent avec intérêt, vanter les bienfaits de la saga des "Wan & Ted" (qui devrait être remboursée par la sécurité sociale et déductible des impôts). Je ne vous ferai pas l'argumentaire ici, peut-être dans un autre article, mais celui-ci a réussi à convaincre plusieurs personnes qui n'étaient pourtant pas prédisposées, au départ, à acheter le livre d'un petit éditeur et d'un auteur inconnu.

On ne peut que regretter ceux qui avaient déjà leurs sacs pleins de livres et les bourses vides mais qui ont écouté tout de même avec attention et pris une carte de visite afin de se rendre, plus tard, sur le site de la maison d'édition (espérons que ce seront de futurs clients).

Curieusement, en ce samedi après-midi et contrairement à Céret, "Wan & Ted - Le Mystère Sang & Or" a été totalement boudé par les acheteurs, ceux-ci se reportant, alors, sur les autres livres. Autre curiosité notable, pour une fois, les acheteurs étaient en majorité des hommes.

Cependant, la logique des statistiques était rétablie, dès le lendemain, avec une majorité d'acheteuses et une préférence allant vers le dernier opus des aventures de "Wan & Ted".

La manifestation a été, également, l'occasion de croiser de nouveau les habitués, éditeurs ou auteurs, jamais avares pour partager leurs expériences et donner des conseils judicieux. Merci donc à Robert Azaïs et sa femme pour leur sympathie, aux passionnés chaleureux et bienveillants illustrateurs, auteurs et responsables des Éditions Karibencyla, à Françoise Delmon ou, encore, Jean-François Mouragues que l'on croisait pour la première fois sur le stand de Cap Béar Éditions.

Au final, les Vendanges Littéraires de Rivesaltes se suivent mais ne se ressemblent pas. Après le soleil éclatant de l'année dernière vient la pluie et le temps gris de cette année. Pour autant, le plaisir était là, plaisir de défendre des livres dans lesquels je crois, plaisir de constater que les passants peuvent être séduits par mon discours et plaisir de partager les avis avec des collègues plus expérimentés.

Tout cela ne fait donc que nous encourager à continuer malgré les bâtons que certains nous mettent dans les roues et le manque de soutien d'une partie de la profession (j'en reparlerai sûrement).

Heureusement, nous avons la passion et comptons bien poursuivre l'aventure, le prochain opus de la saga "Wan & Ted" étant déjà prévu pour le début de l'année prochaine (la moitié de l'histoire est déjà écrite).

Il ne manque plus qu'à apprendre à nouer des contacts avec les médias afin d'obtenir des articles dans les journaux (il est parfois terrible de constater que le Journal l'Indépendant refuse de parler de nous alors qu'il fait des articles sans compter sur des auteurs auto-édités ou bien des éditeurs à compte d'auteurs) et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes comme disait le Professeur Panglos.

Au prochain évènement littéraire, donc !